Foire aux questions

bambou

Combien de traitements sont nécessaires ?

Le nombre et la fréquence des traitements varient selon la nature et l’ancienneté de la condition traitée, ainsi que l’état de santé du patient. De façon générale, il faut compter de 3 à 5 séances pour évaluer si l’acupuncture est efficace pour votre problématique. Selon les résultats, des traitements d’entretien au besoin, aux changements de saison ou lors de période plus critiques peuvent être nécessaires.

Le traitement est-il douloureux ?

Les aiguilles d’acupuncture sont minces comme trois cheveux. Bien que la plupart des patients ne perçoivent aucune douleur, certains patients décrivent le traitement comme un léger pincement ou une sensation similaire à une piqûre de moustique.

Peut-il y avoir risque d’infection ou transmission de maladie ?

Les aiguilles utilisées sont en acier inoxydable. Elles sont préstérilisées et jetées après usage, éliminant tous risques d’infection.

Peut-il y avoir des effets secondaires ?

Généralement, le traitement d’acupuncture ne produit aucun d’effet secondaire ou de dépendance. Aucune substance chimique n’est utilisée.

Faut-il y croire pour obtenir des résultats ?

Nul besoin de croire à l’acupuncture afin d’obtenir des résultats. L’efficacité des traitements sur les enfants et les animaux en est la preuve. Plusieurs études scientifiques ont d’ailleurs démontré que les effets de l’acupuncture sont mesurables et bien réels.

Le coût des traitements est-il remboursable ?

Les traitements d’acupuncture ne sont pas couverts par Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ). Par contre, plusieurs compagnies d’assurances privées, la Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST) et la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) peuvent rembourser en partie ou en totalité les traitements.

L'acupuncture est-elle reconnue officiellement ?

La pratique de l’acupuncture au Québec a été légalisée en 1985. Depuis 1995, l’Ordre des acupuncteurs du Québec a le mandat d’assurer la réglementation et la protection du public en regard à la pratique de l’acupuncture.